Publicité Revues


Dans les années 1970, des publicités dans des revues médicales au Canada délivraient aux médecins le message selon lequel les enfants « petits mangeurs » ou « perturbateurs » avaient besoin d'Atarax, un médicament calmant (Canadian Family Physician, 1973).
Source : Comprendre la promotion pharmaceutique et y répondre Un manuel pratique.

Encore de nos jours, les publicités jouent sur les risques relatifs et absolus pour faire artificiellement grandir l'effet d'un médicament, renforcent les stéréotypes sociaux, etc.


[...]pour un ensemble de publicités publiées, 87 en tout, Lexchin et Holbrook ont demandé aux fabricants toutes les références (Lexchin, 1994). Dix de ces références concernaient des « données internes » non publiées. Ils ont finalement reçu 90 % des références demandées ; 4 « données internes » sur 10 ne leur ont pas été envoyées. Bien que 76 % des références corroboraient les allégations publicitaires, la qualité méthodologique global des références a été jugée inacceptablement faible (Lexchin, 1994).
Source : Comprendre la promotion pharmaceutique et y répondre Un manuel pratique.